Journée mondiale des réfugiés 2019

Pourquoi est-il important que cette Journée mondiale des réfugiés soit prise au sérieux par les Églises locales ? Pour répondre à cette question légitime, nous devons tout d’abord prendre conscience de la situation mondiale.

L’Agence des Nations Unies pour les réfugiés estime à 44 400 les personnes forcées, chaque jour, de fuir leur habitation du fait d’un conflit ou de la persécution.

Ainsi, sur la surface du globe, 68,5 millions de personnes demeurent forcées de vivre déplacées. Soit à l’intérieur de la même nation, soit en trouvant refuge dans un pays d’accueil : c’est le cas des 25,4 millions de réfugiés, et de plus de 3 millions d’autres dont la demande d’asile est en cours…

Célébrée pour la première fois en 2001 grâce à l’impulsion des Nations Unies, cette Journée mondiale des réfugiés est, pour tous, un appel à « partager une responsabilité mondiale ».

C’est ainsi que commence un article de Vincent Morvan que vous trouverez dans les ressources mises à disposition. Cet article développe plusieurs interpellations en partant du constat que l’Eglise est une réalité mondiale et que les chrétiens ont le privilège de pouvoir avoir une vision plus globale.

Chrétien évangélique, Vincent Morvan a écrit le livre « Accueillir l’étranger avec Christ » qui sort ce mois de juin (voir la fiche sur ce livre), ce peut être une occasion de creuser ce thème de la réponse des chrétiens face aux migrations.

SOMMAIRE DES RESSOURCES :

RÉFLEXION :

CONSTAT ET ACTION :

PRÉDICATION :

LES NOUVELLES DE LA PLATEFORME HAUTS-DE-FRANCE D’AIDE AUX MIGRANTS DE CNEF SOLIDARITÉ :

Principalement dédiée à ce qui se passe sur la côte entre Calais et Dunkerque, cette plateforme regroupe plusieurs acteurs qui s’impliquaient déjà dans les camps dont les médias ont largement parlé. Vous trouverez ci-joint les lettres de nouvelles des trois années passées qui montrent les évolutions de cette migration en route vers l’Angleterre.
 

EXEMPLES À SUIVRE :

Principalement dédiée à ce qui se passe sur la côte entre Calais et Dunkerque, cette plateforme regroupe plusieurs acteurs qui s’impliquaient déjà dans les camps dont les médias ont largement parlé. Vous trouverez ci-joint les lettres de nouvelles des trois années passées qui montrent les évolutions de cette migration en route vers l’Angleterre.

Membres du CNEF ou de CNEF Solidarité :

Autres :

  • Témoignage d’une famille (bientôt disponible)